• 13

  • 23

  • 33

  • 43

Savez-vous ce que l’on dit de vous sur la toile ?

closeCet article a été publié il y a 8 ans 5 mois 7 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

 

1. Il est important, pour une entreprise (comme pour un particulier d’ailleurs), d’identifier qui parle d’elle en ligne et ce qui se dit à son sujet.

Cela concerne d’ailleurs toutes les entreprises : grandes ou petites, déjà présentes ou non sur la toile (par exemple par le biais d’un site internet), etc.

Avec la démocratisation des outils participatifs, les « lieux » de discussions virtuels sont devenus multiples : blogs bien sûr, mais aussi forums, réseaux sociaux (Facebook, Viadéo, LinkedIn…)

Les auteurs de ces discussions peuvent également être très divers : clients contents ou mécontents, salariés, concurrents… avec des motivations tout aussi diverses.

 

2. Comment détecter ce qui se dit sur vous sur internet ?

Il existe plusieurs façons de procéder :

– bouche-à-oreille (quelqu’un trouve quelquechose vous concernant sur la toile et vous en avertit),

– recherche régulière par mots-clefs (ex : le nom de l’entreprise ou de son dirigeant) sur les moteurs de recherche,

– alertes Google (vous êtes automatiquement averti de la présence du mot-clef recherché dans un document capturé par Google),

– entreprises spécialisées dans la recherche du « bruit » (=buzz) sur internet

C’est ce que l’on peut appeler surveiller les « signaux faibles », ce qui vous permettra d’anticiper des difficultés plus graves.

Dans les cas les plus emblématiques, il existe des « caisses de résonance » sur la toile (ex : wikio) qui démultiplieront l’information et vous aideront à avoir connaissance de l’information.

 

3. Que faire lorsque ces discussions portent atteinte à l’image de votre entreprise ?

Tout dépend bien sûr du contenu de ce qui est écrit et de l’impact que cela peut avoir sur votre activité : une simple critique de la prestation que vous proposez ne fera pas l’objet des mêmes mesures qu’un propos diffamatoire ou malveillant.

2 possibilités : laisser-faire ou agir.

Si vous décidez d’agir, encore faut-il parvenir à identifier les auteurs des propos qui vous nuisent ! Ce qui n’est pas toujours chose aisée avec la banalisation de l’utilisation de pseudos.

Dans tous les cas, vous pouvez commencer par alerter le directeur de la publication, qui est responsable de ce que les internautes écrivent sur son média, en lui demandant de retirer un contenu à caractère illicite (ex : diffamation).

Mais le plus efficace reste bien sûr d’occuper vous-même le terrain en organisant vos outils de communication en ligne… Vous me voyez venir ? Laughing

 

 

 

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

2 Commentaires

  1. KT 1 juillet 2008 at 14 h 24 min

    Errare humanun est
    Oui… si l’on dispose d’un site internet ! Ce qui n’était pas le cas, par exemple, de l’entreprise qui a témoigné, lors de cette réunion, sur son expérience de mauvais « buzz » en ligne.
    Mais effectivement, si vous avez un site ou un blog, c’est un repère à ne pas négliger !

  2. j¤y 1 juillet 2008 at 14 h 09 min

    addendum
    Dans le point deux il manque un élément trés important :
    -Surveiller les referers et les mots qui dans les log de votre site internet…

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print