• 13

  • 23

  • 33

  • 43

L’éthique de la modération

closeCet article a été publié il y a 7 ans 11 mois 2 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Je souhaite toutefois modérer… l’enthousiasme de ces deux professionnels. Il est vrai qu’ils étaient interrogés sur le cas spécifique des blogs professionnels internes (c’est-à-dire des blogs avec accès restreint, souvent aux seuls collaborateurs), donc limités à une communauté déjà identifiée (avec de faibles risques de « dérapage »).

Si je rejoins leur point de vue sur l’inutilité de brider le dialogue à tout prix (dans ce cas, mieux vaut oublier l’idée d’ouvrir un blog !), il y a cependant un minimum de prudence et de raison à conserver.

Il n’est en effet pas souhaitable, surtout dans le cas d’un blog grand public, de laisser passer tout et n’importe quoi, ne serait-ce que parce que les auteurs d’un blog sont juridiquement responsables du contenu (y compris des commentaires, dont ils ne sont pourtant pas les auteurs).

En cela, la modération est incontournable.

Par ailleurs, il peut aussi y avoir dépôt de spams (publicitaires ou non), ou encore de commentaires qui, sans être juridiquement attaquables, ne sont pas en phase avec la ligne éditoriale d’un blog. L’auteur du blog doit pouvoir garder un droit « de vie ou de mort » sur ce type de messages.

En revanche, l’usage de la modération doit demeurer aussi exceptionnel que possible, car c’est un comportement auquel la blogosphère (c’est-à-dire l’ensemble des blogueurs) est généralement épidermique et réagit très fortement.

« L’éthique » de la modération, l’usage en vigueur sur la toile, veut en effet que chacun puisse exprimer ses désaccords librement. Gare aux censeurs ! Ils sont souvent raillés, voire montrés du doigt.

Voilà pourquoi le sujet reste sensible : chacun n’a pas la même mesure de ce qui « dérange ». Les entreprises auront tendance à vouloir tout maîtriser (au risque de se créer une image lisse, voire falsifiée), les lecteurs de blogs à vouloir s’exprimer (pour certains dans une logique jusqu’au-boutiste).

Le tout étant de placer le curseur de la modération au juste endroit… Question de « tact » et de « feeling » !

Le métier de modérateur a de beaux jours devant lui…

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

1 Commentaire

  1. pascal Minguet 27 octobre 2008 at 11 h 58 min

    modération à postériori mais avec une charte
    Suis très d’accord avec les pro interviewés par les Echos.
    Mais il est indispensable d’afficher une charte d’un bon usage, dire aussi ce que l’on accepte et ce que l’on supprimera comme commentaires. Et autre point, dès que les commentaires (surtout dans le cadre d’un blog interne) sont signés (pas par un pseudo, mais par un nom et prénom) souvent l’auto-modération est de mise.
    Et avant de vouloir fermer ou modérer avant publication, attendez de voir si vous avez des commentaires. Ca reste le point le plus délicat en France.

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print