• 13

  • 23

  • 33

  • 43

Sodifalux : l’exemple d’une PME industrielle qui utilise les réseaux sociaux

closeCet article a été publié il y a 2 ans 11 mois 26 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Qui a dit que les PME industrielles n’utilisaient guère les réseaux sociaux ? Euh… bon, OK, j’avoue : moi ☺

Soyons honnêtes : globalement, en matière de médias sociaux, l’industrie est un peu à la traîne… Et c’est dommage, car les réseaux sociaux peuvent être utiles à de nombreuses entreprises de ce secteur d’activité.

Utilisation professionnelle des médias sociaux par Sodifalux

Crédit photo : Sodifalux

C’est pourquoi, dans le cadre de notre série d’exemples d’entreprises utilisatrices des médias sociaux, j’ai trouvé intéressant de faire témoigner Pierre-Mathieu JOUMIER, qui gère la présence de Sodifalux (une PME dijonnaise spécialiste de l’enseigne lumineuse et de la signalétique… et qui a aussi une partie d’activité « communication », ceci explique sans doute cela !) sur les réseaux sociaux.

Voici ce qu’il m’a expliqué.

Pourquoi et comment l’entreprise Sodifalux a-t-elle commencé à utiliser les médias sociaux ?

Fabrice PROTOY (le dirigeant de Sodifalux) m’a recruté en mars 2011, en me confiant une double mission de graphiste et de chargé de communication. Quand j’ai pris mes fonctions, j’ai bien sûr examiné ce que l’entreprise faisait à l’époque sur Internet.

Comme notre site était assez statique (très irrégulièrement mis à jour) et peu fréquenté, j’ai commencé à réfléchir à la manière dont nous pourrions améliorer la présence en ligne et le référencement de Sodifalux, en tenant compte des contraintes budgétaires d’une PME (avec un budget que nous utilisions essentiellement pour des campagnes Adwords, en réalité).

Pierre-Mathieu Joumier anime la présence de l'entreprise Sodifalux sur les réseaux sociaux

Crédit photo : Sodifalux

A l’époque, ma formation (IUT SRC et Licence audiovisuelle) m’avait conduit à m’intéresser à ces outils et j’utilisais déjà les réseaux sociaux à titre personnel.

A mes yeux, les réseaux sociaux présentaient un réel potentiel professionnel : c’était un moyen facile et peu coûteux (pour ne pas dire gratuit) de communiquer sur Internet, d’améliorer le référencement et de faire grossir l’audience et le trafic de notre site Internet.

Fin 2011, Sodifalux a pris la décision de refaire complètement son site Internet et j’ai saisi l’occasion pour créer une page Facebook, puis un compte Twitter (relié à Facebook) pour notre entreprise.

En parallèle, Fabrice PROTOY a créé quelques comptes (en tant qu’individu) sur Facebook ou encore sur Viadeo : il y diffuse ponctuellement des informations qui concernent Sodifalux. Nous avons aussi mis en ligne une ou deux vidéos sur YouTube mais, très honnêtement, YouTube n’est pas le média social que nous avons le plus investi (nous ne produisons pas énormément de vidéos).

Par la suite, quand de nouveaux réseaux sociaux ont émergé, j’ai également décidé de créer des comptes pour notre entreprise : par exemple, Google+ en 2012 et Pinterest cette année.

Ces deux médias sociaux me sont apparus comme incontournables :

  • Google+, en raison de son énorme potentiel en termes de référencement,
  • et Pinterest, parce qu’il est complètement adapté au format de nos publications, qui sont essentiellement des photos.
Sodifalux sur Pinterest

Le compte Pinterest de l’entreprise Sodifalux

Je sais aussi que Pinterest est le 3e plus gros apporteur de trafic aux Etats-Unis et je me dis que la vague risque d’arriver en France : autant prendre de l’avance !

Justement, quel type de messages publiez-vous sur ces différents comptes sociaux… et à quelle fréquence ?

Comme nous proposons des prestations très visuelles, les messages postés par Sodifalux sur les réseaux sociaux sont essentiellement constitués de photos (accompagnées d’un descriptif) de nos réalisations, avec un triple objectif :

  • montrer la diversité de nos interventions, en donnant des explications sur les techniques utilisées, les attentes du client pour lequel la prestation a été réalisée, notre capacité à répondre à des besoins personnalisés et les éventuelles contraintes techniques que nous avons déjouées,
  • mettre en valeur nos clients en parlant de leur entreprise (et parfois en rediffusant des messages publiés sur leurs propres comptes sociaux)
  • et améliorer notre référencement sur certains mots-clefs, tout en drainant du trafic vers notre site (essentiellement grâce aux liens cliquables).
Extrait de la page Facebook de l'entreprise Sodifalux

Extrait de la page Facebook de l’entreprise Sodifalux

En termes de fréquence d’alimentation, je dirais que j’alimente ces comptes sociaux quasi quotidiennement et que je passe environ 1 à 2 heures par jour à gérer nos actions sur Internet (activité sur les réseaux sociaux, actions de référencement, mise à jour de notre site, etc.).

Animer nos comptes sur les réseaux sociaux n’est pas une activité très chronophage, dans la mesure où nos équipes me transmettent des photos qu’elles prendraient de toute façon sur les chantiers réalisés. Ensuite, à moi de savoir les mettre en valeur sur nos comptes sociaux !

Jusqu’à présent, j’avais mis en place des processus d’alimentation automatique d’un réseau social vers un autre (Facebook vers Twitter, notamment) mais, sans entrer dans des détails trop techniques, je pense prochainement modifier cette manière de procéder et revenir à une alimentation et à une animation différenciées pour chacun de nos comptes.

Et en termes de résultats ?

Pour différentes raisons liées à notre organisation interne, il m’est difficile d’évaluer l’impact direct de notre activité sociale sur le chiffre d’affaires de l’entreprise.

En revanche, j’ai pu constater que, depuis que nous sommes actifs sur les réseaux sociaux :

  • le nombre mensuel de visiteurs uniques sur notre site Internet a augmenté d’environ 10 à 15%
  • et je reçois, via les réseaux sociaux (et surtout via Facebook en fait), au moins 1 demande de contact d’un prospect chaque mois.

Si Sodifalux est active sur les réseaux sociaux, vous n’avez en revanche pas créé de blog d’entreprise : pourquoi ?

Pourquoi créer un blog pour son entreprise ?

Crédit photo : Fotolia

Jusqu’à présent, j’avais laissé tomber cette piste en me disant :

  • que notre savoir-faire serait davantage mis en valeur par des photos que par des textes
  • et que nous n’avions peut-être pas de quoi alimenter un blog (manque d’idées de sujets).

Mais c’est certainement un projet auquel je vais réfléchir en 2014, parce que je me suis rendu compte :

  • sur le plan pratique, qu’un blog professionnel m’aiderait à diffuser plus facilement mes contenus sur les différents réseaux sociaux,
  • sur le plan stratégique, qu’en communiquant quasi exclusivement sur nos réalisations, nous perdions sans doute des occasions de nous rendre visibles de nos prospects en amont de la vente, c’est-à-dire au moment où ils recherchent sur Internet des informations pour préparer leurs achats,
  • en termes de contenus, que nous avions en réalité beaucoup de choses à dire à nos clients et prospects, sans forcément parler directement de nous d’ailleurs, et en utilisant un vocabulaire plus proche de celui qu’emploient nos prospects et clients,
  • et qu’en termes de référencement éditorial, un blog était un outil redoutablement efficace, y compris sur le long terme.

Affaire à suivre en 2014 ! Merci à Pierre-Mathieu JOUMIER et à Fabrice PROTOY pour avoir accepté de répondre aux questions de Dix-Katre.

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print