• 13

  • 23

  • 33

  • 43

Qualité d’écriture : bonnet d’âne pour les grands groupes ?

closeCet article a été publié il y a 8 ans 3 mois 2 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Heureusement pour nos bourses, le Figaro nous dévoile gracieusement quelques-uns des axes de progression proposés dans ce document :

  • mettre en scène les équipes de l’entreprise (notamment dans les rapports annuels),
  • se référer davantage à l’histoire de l’entreprise,
  • en dire moins mais mieux,
  • développer des éléments concrets : exemples, anecdotes, images, témoignages…

Vous voulez mon avis ?

Pour rendre leur communication personnelle, humaine et décalée, il suffirait tout simplement de suggérer à ces entreprises… d’ouvrir un blog.

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

3 Commentaires

  1. Agathe 30 juin 2008 at 12 h 12 min

    de nouveaux usages communiquants
    Pascal a raison : écrire pour le web est une spécificité qui s’apprend, et qui ne doit pas être conçue de la même manière que la communication « papier ».
    Ceci dit, la question de la forme du discours véhiculé, quelque soit le média, ne se pose pas que pour les grands groupes du CAC 40. Même les TPE et PME sont confrontés à cette problématique : comment bien communiquer sur son entreprise tout en se démarquant, être innovant et moderne tout en donnant une image de professionnalisme et d’humanisme… Pas facile de trouver le ton juste et la qualité d’écriture qui va avec.

  2. KT 27 juin 2008 at 19 h 53 min

    Ecrire pour être lu
    Non bien sûr Pascal, ouvrir un blog n’est pas suffisant : c’était un peu une blague !

    La décision la plus difficile à prendre, pour l’entreprise, est celle de sortir du conformisme ambiant et des discours très formalistes (et souvent ennuyeux) auxquels nous sommes -malheureusement- habitués, pour adopter une tonalité de communication décalée et plus humaine.

    Un blog est par essence un outil ludique, qui ne se prend pas au sérieux, grâce auquel on peut « décrisper » l’écriture : c’est pour cela que je pense que la décision d’ouvrir un blog peut amener progresivement à un changement de ton général.

    Je l’ai pour ma part vécu professionnellement : le fait d’avoir osé « ouvrir les vannes » de l’expression sur un blog a eu des répercussion sur la manière de s’adresser aux cibles sur l’ensemble des autres outils de communication.

  3. Pascal Minguet 27 juin 2008 at 15 h 51 min

    S’il suffisait d’ouvrir un blog
    Oui alors l’institut jamais entendu parlé… Mais c’est vrai que trop de groupes ou d’entreprises se contente de discours et communication institutionnelle très/trop lourde et du 19ème siècle.
    On espère des discours plus vivants, plus passionnants… rempli d’exemples, d’expériences, de référence au marché, à l’entreprise… mais rien. Et je en suis pas sur que l’ouvreture du blog soit suffisant, sauf si on remet en cause les circuits d’écriture, les habitudes et qu’on se remet en cause et que l’on décide d’évoluer et DE VIVRE AVEC SON TEMPS.
    On a encore beaucoup à faire. Parce que écrire pour le Web ou parler à une caméra, ce sont des formations ou des stages qui marchent toujours. (bon d’accord j’en propose aussi) mais tout de même y a faire.
    Bonne fin de semaine

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print