• 13

  • 23

  • 33

  • 43

Facebook, Twitter, médias sociaux : combien ça coûte… et combien ça rapporte ?

closeCet article a été publié il y a 5 ans 6 mois 11 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

1) Le coût moyen d’une campagne sur les médias sociaux

Combien coûte une présence ou une campagne sur les médias sociaux ?Tout en rappelant que le coût d’une présence sur les médias sociaux est unique puisqu’il dépend de la dimension de la campagne et des moyens que chaque entreprise ou institution décide de déployer, Focus propose une estimation moyenne basée sur 4 facteurs (cliquez sur l’image ci-contre pour l’agrandir) :

  1. le coût des ressources internes chargées de cette mission (salaire, temps passé, coûts induits comme le matériel, etc.)
  2. le coût des ressources externes auxquelles vous ferez appel (agence, expert…)
  3. le coût de la publicité (moyens que vous allez déployer pour promouvoir votre présence sur les médias sociaux). Focus cite notamment les annonces publicitaires ciblées sur Facebook ou par e-mail, mais vous pourriez également penser à des objets publicitaires spécifiques, des affiches, une publicité dans les médias classiques (TV, journaux), une action de relation-presse, etc.
  4. d’autres coûts divers comme par exemple les moyens pour assurer le « tracking » (mesure du retour sur investissement)

Focus estime donc que ce coût est en moyenne de 210 000 $ (environ 150 000 €) sur la base de la répartition suivante :

  1. 52 000 $ pour les services d’un spécialiste des médias sociaux,
  2. 93 600 $ pour les services d’un community manager,
  3. 20 000 $  la construction d’une application mobile,
  4. 35 000 $ pour des coûts techniques de construction (en fonction des outils dont l’entreprise dispose déjà).
Les éléments émanent des Etats-Unis, ils ne sont donc pas directement transposables, me semble-t-il, en France (marché sans doute moins mature et pour lequel les coûts énoncés ci-dessus semblent importants).

Mais ces estimations ont un mérite : rappeler que si une présence sur les médias sociaux est très peu onéreuse en coûts de création, les coûts d’animation et de promotion ne sont pas à négliger (notez au passage qu’une internalisation des actions menées a elle aussi un coût, moins visible mais bien réel !).

2) Les principaux avantages d’une présence sur les médias sociaux pour une marque

Les avantages d'une présence sur les médias sociaux pour une entreprise ou une marqueVoici les réponses des directions marketing (cliquez sur l’image ci-contre pour l’agrandir) :

  • engagement des clients (85,4% des directeurs marketing interrogés)
  • communications directes avec les clients (65%)
  • rapidité du « feedback » (59,9%)
  • possibilité de connaître les préférences des clients (59,1%)
  • ce n’est pas cher (51,1%)
  • construction de la marque (48,2%)
  • étude de marché (42,3%)
  • plus de crédibilité vis-à-vis du public (40,1%)
  • portée (37,2%) : si quelqu’un comprend ce qui se cache exactement derrière ce terme…
  • grande capacité à attirer des prospects (21,2%)
  • service au client (17,5%)

3) La valeur d’un fan sur Facebook

La valeur d'un fan Facebook pour une marquePour évaluer ce que rapporte un fan sur Facebook, Focus compare les sommes moyennes dépensées par une personne « fan » d’une marque sur Facebook avec le panier moyen d’une personne non « fan » de cette marque sur Facebook (cliquez sur l’image ci-contre pour l’agrandir).

Les résultats diffèrent en fonction des marques : le secteur d’activité, comme l’engagement plus ou moins actif de la marque sur les médias sociaux, peuvent en effet faire sensiblement varier le résultat.

En règle générale, le panier d’achat est multiplié par 2… et jusqu’à 3 (ex : cas de la Playstation) !

Focus relève également que :

  • Les fans auront davantage tendance (+ 28%) à continuer à rester consommateurs de la marque que les personnes non fans 
  • Les fans auront davantage envie de recommander à leur amis et contacts (+ 41% par rapport aux non fans) un produit dont ils sont fans sur Facebook 

4) La valeur d’un follower sur Twitter

La valeur d'un follower sur Twitter pour une marque ou une entreprise ?
Sur la base d’un calcul moyen détaillé ci-contre (cliquez sur l’image pour l’agrandir), Focus estime à 41% le ROI (retour sur investissement) moyen d’un compte de marque sur Twitter qui regrouperait 33 000 followers.

Notez toutefois qu’en France, peu de marques peuvent se prévaloir d’un nombre de followers aussi important !

5) Deux études de cas : Dell et Old Spice

a) Chez Dell, le compte Twitter @DellOutlet a permis de vendre pour 3 millions de $ de matériel grâce aux clics générés vers les pages marchandes du site Internet de la marque (grâce aux liens contenus dans les messages diffusés sur Twitter par la marque). Cela donne un aperçu intéressant de la valeur de l’engagement des personnes qui suivent une marque active sur les médias sociaux…

b) chez Old Spice, une campagne spécifique a démultiplié le nombre de fans Facebook (+ 2700%) et de followers Twitter (+ 800%), ce qui a généré une augmentation de 300% du trafic sur le site Internet d’Old Spice.

Voir l’infographie complète publiée chez Focus 

Et pour aller plus loin…

La question du retour sur investissement des médias sociaux vous intéresse ? En complément de ce billet, je vous suggère également la lecture de quelques articles déjà publiés sur ce blog :

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

5 Commentaires

  1. chob 30 mai 2011 at 20 h 23 min

    [quote name= »KT »]suivre une marque sur les réseaux, c’est aussi se donner des occasions de mieux la connaître, y compris en découvrant de nouveaux produits/services => autant d’occasions de consommer plus :)
    Rappel : un consommateur émotionnellement attaché à une marque a un panier moyen 20 fois plus élevé que le consommateur lambda (cf. mes diaporamas « 10 chiffres clefs »).[/quote]
    Tu dis vrai ! Il faudrait alors évaluer si un fan IRL qui devient fan Facebook dépense effectivement plus que le fan uniquement IRL.

  2. KT 30 mai 2011 at 20 h 13 min

    Ahhhh Chob, tu as raison, c’est toujours la grande question de la poule qui préexiste par rapport à l’oeuf et réciproquement !
    Est-on d’abord fan d’une marque ou d’un produit dans la « vraie vie », ou le devient-on (aussi ?) en nouant une relation de proximité et de connivence avec une marque via les réseaux sociaux ?
    Un peu des 2 je pense, car suivre une marque sur les réseaux, c’est aussi se donner des occasions de mieux la connaître, y compris en découvrant de nouveaux produits/services => autant d’occasions de consommer plus :)
    Rappel : un consommateur émotionnellement attaché à une marque a un panier moyen 20 fois plus élevé que le consommateur lambda (cf. mes diaporamas « 10 chiffres clefs »).
    Twitter: twitter.com/dixkatre

  3. chob 30 mai 2011 at 19 h 58 min

    L’infographie est intéressante, mais il y a aussi une part d’interprétation, notamment sur le point N°3.

    Si on consomme les produits d’une marque, c’est parce qu’on l’apprécie dans la vraie vie et Facebook n’est qu’un prolongement.
    Dans cette infographie, j’ai l’impression qu’on veut nous faire croire qu’on devient d’abord fan sur Facebook et tout à coup on est pris d’une folle envie de consommer les produits de la marque.
    Bref, est-il vraiment étonnant qu’un fan (sur Facebook ou IRL) dépense plus qu’un non-fan ?

  4. KT 30 mai 2011 at 18 h 11 min

    Bonjour Lora,
    Merci à vous de ces compléments très intéressants ! Vos éclaircissements étaient effectivement les bienvenus :)
    A bientôt sur ce blog !
    Twitter: twitter.com/dixkatre

  5. lora_green 30 mai 2011 at 8 h 20 min

    Merci pour ce billet très intéressant :-)

    Concernant la « portée » ou « reach », cela concerne l’utilité des réseaux sociaux au niveau de la probabilité d’atteindre ou non une cible. Il s’agit donc d’une donnée portant sur l’influence d’un message ou d’une marque. Dans l’infographie présentée, le reach n’est pas considéré comme étant très important, le but n’étant pas d’avoir une stratégie d’influence. Il s’agit plutôt d’objectifs transactionnels et relationnels.

    Cette notion reste toujours assez subjectives, mais j’espère avoir apporté quelques éclaircissements? :-)

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print