• 13

  • 23

  • 33

  • 43

A propos d’internet : quelques chiffres évocateurs…

closeCet article a été publié il y a 7 ans 6 mois , il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

« Internet s’est installé au coeur de la vie des Français » : voilà le titre sans ambiguïté d’un article paru dans les Echos (27 mai 2009), relatant une étude comparative (1999-2009) réalisée par l’Observatoire des usages internet de Mediamétrie.

J’en retiens pour vous quelques chiffres évocateurs :

  • 29 millions d’internautes français (52% d’hommes, 48% de femmes)
  • fin de la sur-représentation des CSP+ et de la région parisienne parmi les utilisateurs d’internet (ex: région parisienne = 20%, reste de la France = 80%)
  • le web a conquis les seniors (qui représentent désormais 30% des internautes) : le nombre d’internautes de + de 65 ans a été multiplié par 116 en 10 ans !
  • explosion du e-commerce, notamment dans le secteur du tourisme et de la distribution

Concernant plus spécifiquement le web 2.0, je souhaite vous faire part des résultats d’autres études tout aussi intéressantes :

  • les indicateurs de mesure des médias sociaux. Selon ces statistiques, une campagne qui s’appuierait sur les médias sociaux (CTR 7%) serait 2 fois plus efficace que les e-mails (CTR 3,9%) et 35 fois plus que les bannières (CTR 0,2%) !
  • 75% des journalistes américains utilisent les blogs pour trouver des idées d’articles ou les étayer par des exemples concrets : souhaitez-vous être le prochain interviewé sur la liste ?…
  • 25% des Américaines déclarent qu’elles « essaient d’acheter des produits conçus par des entreprises qu’elles connaissent (en ligne, NDLR) » (quel autre outil que le blog peut vous aider à porter les valeurs de votre entreprise auprès de ces consommatrices ?) et 45% des utilisatrices des blogs se basent sur des blogs pour décider d’un acte d’achat… No comment !

Hum hum, ça vous donne une petite idée de l’intérêt, pour votre entreprise, de rester visible en ligne ?…

Vous aimez ? Partagez !

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

facebook comments:

6 Commentaires

  1. Claude POUX 10 juin 2009 at 7 h 11 min

    Hors sujet ?
    Les entreprises que nous rencontrons ne se posent pas la question en ces termes : web 2.0 ou pas ?
    Je crois que l’entreprise, au sens large, c’est à dire plutôt les TPE-PME que les grands comptes (et c’est dans ses petites structures que travaillent la majorité des salariés du privé) est confrontée à un environnement très changeant, à une concurrence accrue (CEE, mondialisation), à des circuits de décision et de réaction de plus en plus courts et que sa préoccupation première est d’abord la rentabilité (croissance de son CA, optimisation de ses charges, etc …).

    Pour ces petites entreprises, la communication est certes souvent balbutiante et relativement statique, mais elle correspond au marché dans lequel elles évoluent.
    Elles sont, de plus, peu ou mal conseillées et ne s’engagent qu’avec beaucoup de prudence dans une stratégie nouvelle.
    Il est normal que les early adopters soient en avance :-) … à eux justement de faire oeuvre de vulgarisation et de pédagogie.

    Quant à opposer le web préhistorique :-) au web 2.0, c’est un faux problème : c’est en fonction des besoins, du budget, de la cible de l’entreprise que les outils s’imposent et non en voulant à tout prix prêcher pour une nouvelle tendance.

  2. RemiB 8 juin 2009 at 16 h 07 min

    On fonctionne très bien sans !
    Je pense qu’il y a également le syndrôme du « ça ne sert à rien, puisqu’on fonctionne sans »
    Qui fait très mal le jour ou la technologie, l’outil, passe de la niche au grand public, par exemple après un relai médiatique. Et là, il est trop tard pour être en avance…
    Mais aussi, surtout (?), le manque de communication et de prise en considération des idées de « l’employé » au sein de l’entreprise. Souvent, les idées sont soit lancées en l’air, écoutées par le cadre, qui se les approprie et les garde sous le coude pour le prochain entretient annuel, ou alors tout simplement ignorées, car « ils ont du y penser ».
    On tombe alors dans un schéma de prise d’initiative 0 et de force de proposition nulle de l’employé, l’état d’esprit « ça ne sert a rien » a contaminé la source de l’info.

    C’était mon paragraphe « les patrons ignorent leurs employés » :-)

  3. KT 7 juin 2009 at 15 h 52 min

    Les entreprises sont sans doute plus frileuses que les particuliers
    Bonjour Grégory,

    Merci pour l’info concernant ce sondage (dont la parution m’avait échappé). A vrai dire, je ne suis que peu surprise de ces résultats, qui sont assez proches de ce que je constate sur le terrain.

    Je crois que les explications du retard pris par les entreprises dans l’adoption des nouveaux outils du web (et notamment ceux du web interactif) sont multiples. Tentons de les résumer :

    – non identification, par le décideur, des nouveaux enjeux d’internet (réputation de l’entreprise, bouche-à-oreille virtuel positif ou négatif, poids du référencement sur le CA, etc.)

    – cercle vicieux ou vertueux de l’exemple : mon concurrent n’y va pas, je n’y vais pas non plus (il doit avoir une bonne raison de ne pas le faire, j’ai peur de ne pas avoir compris laquelle et de me « planter »)

    – méconnaissance des outils (le décideur ne s’en sert pas lui-même, donc il n’a pas le réflexe ou l’idée de les faire adopter dans son entreprise)

    – méconnaissance de la manière dont on peut utiliser ces outils à titre professionnel (un blog ou un profil Facebook, c’est pour mon ado, pas pour mon entreprise), manque d’identification des atouts que présentent ces outils dans le fonctionnement de l’entreprise

    – manque d’identification du retour sur investissement pour ces outils (cf. sites internet à leurs débuts)

    – peur de s’y mettre / réticence vis-à-vis de l’informatique et/ou de la nouveauté / trop peu de temps pour essayer de comprendre pourquoi ça peut être intéressant (poids du quotidien et des habitudes)

    La crise sera-t-elle un facteur d’innovation en la matière ?…

  4. Grégory MAUBON 7 juin 2009 at 8 h 26 min

    La société est-elle plus en avance que les entreprises ?
    Bonjour,

    Vous m’excuserez ce titre un peu pompeux mais il résume bien ma pensée …
    Karine, comment interprètes tu les chiffres de l’enquête de la CCI du Loiret (http://www.slideshare.net/cciloiret/enqute-de-la-cci-du-loiret-sur-les-nouveaux-outils-du-web-20) ? Ok ce n’est pas un sondage exhaustif mais il reflète selon moi assez bien la réalité.
    les entreprises sont bien composées de personnes vivant dans notre société non ? Quelles explications pour l’écart d’usage ? Est-ce typiquement nord américains de se poser moins de question et d’expérimenter plus facilement ?
    A vous lire, lecteurs émérites de ce blog !

  5. KT 4 juin 2009 at 19 h 59 min

    Web 2.0 : quelques données chiffrées en France (étude datant de début 2008)
    Bonjour Jean-Marie,
    Merci pour votre remarque : à ce sujet, je vous propose de creuser la question en consultant un sondage (auquel je me suis déjà référé, sur ce blog, à différentes reprises) qui concerne le web 2.0 en France (image de la situation début 2008) :
    http://www.tns-sofres.com/_assets/files/120208_web20.pdf
    Bonne consultation !

  6. Jean-Marie 4 juin 2009 at 11 h 39 min

    Intéressant mais marché us
    Étude très enrichissante mais malheureusement basée sur le marché us pour les réseaux sociaux/blogs, etc….

    En ce qui concerne le marché français, je pense que nous sommes encore un peu éloigné de ces résultats même si les entreprises commencent à se pencher sur ces « nouveaux » médias.

    Le point positif est que nous avons du travail en perspective pour faire évoluer les entreprises dans une démarche 2.0 (ou 3D…).

Laissez une réponse

Tags

Pinterest
Email
Print